L'Hypothèse de Santorin comme l'une des plaies d'Egypte




Certains scientifiques avancent l'explication suivante :
        Les dix plaies d'Égypte seraient liées à l'éruption volcanique majeure de Santorin . Les ténèbres auraient été provoquées par les cendres volcaniques transportées par le vent vers le delta du Nil. En se dispersant dans le Nil, elles l'auraient contaminé, provoquant la mort des hommes et des troupeaux. Les cendres en suspension dans l'air auraient aussi déclenché la grêle: en effet, les particules en suspension constituent autant de germes de nucléation, et l'on rencontre également ce phénomène lors des tempêtes de sable. On en retrouve les traces sous forme d'une couche de cinq centimètres d'épaisseur dans le sol égyptien. Cette couche a été datée au carbone 14 à partir de deux éléments différents retrouvés en deux lieux différents. Un de ces éléments est une branche d'olivier avec des restes de feuilles ensevelies dans les cendres.
       Il ne faut pas oublier que l'éruption de Santorin a été colossale, dix ou cent fois plus puissante que celle du Krakatoa. Cette éruption a dû se produire vers - 1600, date à laquelle le pharaon Ahmosis chassait les Hyksôs d'Égypte et sans doute avec eux les tribus sémites qui vivaient sous leur protection.
        La détérioration des conditions sanitaires (manque d'eau, cadavres en décomposition...) aurait pu amener les autres plaies de l'Égypte (poux, ulcères). L'eau changée en sang serait aussi expliquée par la couleur rougeâtre des cendres.
        On peut également imaginer que l'épisode de la traversée de la mer Rouge est en fait celui de la traversée du goulet faisant communiquer la lagune Sabkhat al Bardawil, près d'Al Arish, avec la mer. Pour d'évidentes raisons géographiques, lorsqu'on se rend de la basse vallée du Nil à la terre d'Israël il est préférable de longer la méditerranée et non la Mer Rouge. Ce goulet aurait été submergé par le tsunami engendré par l'éruption, le phénomène décrit par la bible étant typique d'un tsunami précédé d'une « sèche » où la mer semble se retirer, laissant s'échapper les fuyards mais se refermant sur les poursuivants. L'évènement providentiel aurait suffisamment marqué les esprits pour entrer dans l'Histoire. Mais ceci n'est qu'une hypothèse.
      Enfin, l'invasion de crapauds pourrait avoir trouvé son explication avec la récente étude du London Institute of Zoology2,3 qui établit que les crapauds seraient capables de détecter les signes annonciateurs de séismes. Ce phénomène aurait donc pu conduire à un exode massif de crapauds peu avant l'éruption de Santorin, mais là encore ce n'est rien d'autre qu'une hypothèse.


 sources : Wikipédia.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

si vous souhaitez réagir à cet article . N'oubliez pas de cocher " m'informer " en bas à droite , pour suivre le fil de la discussion et être alerté d'une éventuelle réponse .